La pollution lumineuse tue les pétrels et menace tout l'écosystème

02 avril 2019 - 120 vues
Si les "Nuits sans lumières" sont organisées durant la période d'envol des jeunes pétrels de Barau pour éviter les échouages, l'objectif de cette opération est bien plus large...
La pollution lumineuse menace toutes les espèces.
Les tortues ne viennent plus pondre sur les plages réunionnaises car celles-ci sont trop éclairées, les chauves-souris sont perturbées, les insectes désorientés, et même la santé humaine est mise à mal. Sur-éclairage, puissance des lampes, gaspillage énergétique couteux...
Les communes prennent de plus en plus le problème à bras le corps et font des efforts pour limiter l'impact des éclairages publics tout au long de l'année

"Le pétrel de Barau est une espèce endémique de l’île, menacé d’extinction.

C’est un bel emblème pour cette action.

Il incarne le problème de la pollution lumineuse," résume en quelques mots, François-Xavier Couzi, directeur de la Séor (Société d’études ornithologiques de la Réunion). 

Lors de son premier envol, cet oiseau migrateur part d’une falaise pour aller se nourrir en mer.

Il se repère en fonction du reflet des astres dans l’eau. Problème : en traversant une île sur-éclairée, il est désorienté ou aveuglé et s’échoue sur terre.

Ses caractéristiques physiques font qu’il ne peut pas redécoller. Il a besoin d’être porté ou d’être au bord d’une falaise pour pouvoir s’envoler.

"Même s’il arrive à redécoller il va automatiquement retomber près d’un éclairage… c’est interminable," souffle le directeur de la Séor.

Source : www.ipreunion.com

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article